Bonjour et les filles, et les garçons (?)

Bon, je vous préviens, c'est un message "coup de gueule", mais qui n'engage que moi.
Je rentre tout juste d'une petite virée shopping dans le quartier de Havre-Caumartin (les Galeries Lafayette à Paris pour celles qui ne situent pas) où je suis passé chez mon nouvel ami KIKO (mais qui fera l'objet d'un prochain billet). Après m'être régalé les yeux dans cette boutique,je me suis dit que pour continuer dans cet état de ravissement, ce serait sympa d'aller faire un tour aux grands magasins, parce que bon, j'étais tout à coté.
Dès que je suis rentrée dans ce magasin, du coté de l'espace sac à main, je me suis sentie oppressée, pourtant, ce magasin est immense. Mais je n'étais pas oppressée à cause de mon coté un peu claustro, mais parce que d'un coup, moi, étudiante qui quand elle dépense plus de 30 euros dans un magasin se dit "c'est pas bien Justine, comment tu vas payer tes factures maintenant, hein ?!!" me suis sentie complétement étrangère à ce monde dégoulinant d'hypocrisie et d'argent que l'on trouve dans les espaces shopping qui rassemblent des boutiques de luxe.

Pourtant, j'étais juste là pour me faire plaisir en regardant les vitrines de Van Cleef & Arpels (si vous ne connaissez pas et que vous voulez vraiment voir ce qu'est la haute joaillerie, allez sans plus attendre sur leur site !!), Mauboussin, Boucheron et Co que j'adore.
Mais que voulez-vous, moi j'ai l'impression que quand  on pénètre dans cette antre du luxe, tout de suite, même si les vendeur(se)s sont là à votre service, ils font que jauger combien de 0 s'accumule sur votre compte bancaire et par la même occasion, à combien va s'élever leur prime.

Bon, je ne vais pas non plus généraliser, parce que je suis certaine que tous les vendeurs ne sont pas comme ça, mais sérieusement, pour qui ils se prennent quoi ?!

Money_Coins

 

Je me suis quand même fait super plaisir pendant un quart d'heure en flânant entre les vitrines, mais j'ai vite senti que je n'étais pas de ce monde et du coup, j'ai voulu finir en beauté au rayon cosmétiques où je me suis quand même dit que là, à part quelque grande marque comme La Prairie ce n'est pas non plus des "oh, ma chériiie, comment tu vaaas ?!" ou des "Gucci, j'adoôÔre" (je vous jure que je l'ai entendu tout à l'heure).

Mais que nenni ! J'ai vite jeté mon dévolu sur le stand Mac que je n'avais jamais regardé de près, mais là, j'ai cru que j'allais lui faire manger son ràl à l'autre pou**e de vendeuse. Je regardais simplement les ràl pour découvrir un peu plus la marque pour "toucher", on peut le dire, j'étais tranquille dans mon coin et une vendeuse est venue me demander si j'avais besoin d'aide (un conseil à la limite oui, mais de l'aide non ça va, je suis pas neuneu !), je lui ai donc dit "non, merci, je regarde", et là elle m'a lancé un "oh, d'accord", avec un air dédaigneux genre "ouais toi tu vas rien acheter". Bref, blasée, je suis ressortie et rentrée chez moi, un peu énervée parce qu'à chaque fois que je vais là-bas, c'est toujours là même chose.

D'ailleurs, ça me fait penser à deux anecdotes.
Lorsqu'on a emménagé dans notre nouvel appartement, mes beaux-parents nous ont proposé de nous offrir un beau cadeau (dans le sens, choisissez ce que vous voulez, budget presque illimité). On a donc jeté notre dévolu sur un beau plaid en imitation fourrure de renard argenté de la marque Olivier Desforges assez onéreux pour mettre sur notre lit.
Quand nous sommes allé le chercher, on a eu affaire à une vendeuse un peu snob. Lorsque je lui ai demandé comment l'entretenir elle m'a répondu avec un accent parisien bobo : "oh, mais vous savez, c'est comme pour vos cols en furûr, un petit coup de brosse et c'est comme neuf!". Mais bien sûr, des cols en furûr, je n'ai que ça, c'est d'ailleurs pour ça que j'achète une imitation fourrure, parce que j'adôre avoir des animaux morts autour du coup.
Aujourd'hui encore, et pourtant ça fait 2 ans maintenant, quand on parle de ce plaid par exemple pour se le passer, le soir on se dit "oh oui, mon cher, peux-tu me passer le plaid en furûr stp" pour s'amuser...et se moquer un peu aussi, parce que même si on aime les belles choses et qu'on n'est vraiment pas malheureux, on n'est jamais là à se la péter !

La seconde est plus "machiavélique". L'année dernière, à la fac, je m'étais fait un ami américain du nom de Jasper. Il faut reconnaître qu'il était un peu bizarre, mais sympa, donc on se voyait souvent en dehors des cours. Lors d'une soirée, il nous a raconté que quand il avait affaire à des gens comme ça, prétentieux et c*ns sur les bords, il aimait rentrer dans leur jeu, ou partir complétement a contrario.
C'est ainsi qu'un jour, après avoir été sollicité 3 fois dans la même journée par des jeunes qui racolent (franchement, on peut appeler ça comme ça, même si c'est pour la bonne cause) des adhérents pour lutter contre diverses maladies  il a dit au gars "mais, moi j'ai le sida, qu'est-ce-que tu en dis ?" et le gars n'a plus su quoi dire parce que pour une fois, il était en dehors de sa démarche pour ramasser des  fonds.

Enfin tout ça pour dire que parfois y en a marre de tous ces  gens qui se prennent pour je ne sais pas qui et qui, parce qu'ils travaillent pour de grandes maisons de parfums, de cosmétiques ou de vêtements, se croient au-dessus du client lambda. C'est donc marrant de rentrer parfois dans leur jeu, mais c'est pour mieux se moquer d'eux dans le fond...mais des fois ça fait du bien, et j'avoue que ça m'amuse !

Juste une anecdote pour finir : Un jour on m'a raconté qu'une galeriste new-yorkaise très prétentieuse et qui ne jugeait ses clients potentiels uniquement par leur tenue vestimentaire avait organisé une soirée de cocktail afin de refourguer ses œuvres au plus offrant. Ce soir là, il y avait du beau monde, et tout le monde était sur son 31, un monsieur qui était là a voulu se renseigner auprès de cette dame sur plusieurs tableaux en vente, mais celle-ci l'a complétement snobé parce qu'il était en baskets. En fait, c'était Bill Gates, et je pense que cette pauvre fille a raté l'affaire du siècle !!

Voilà, je vous laisse sur cette petite anecdote qui me rappelle toujours que l'habit ne fait pas le moine, et qu'il faut donc arrêter de juger les gens par leur apparence. Les gens les plus branchés ou bling-bling ne sont pas forcément les meilleurs clients !

 

picsou

Et vous ça vous arrive de vous faire snober comme ça ?
Comment vous réagissez dans ce cas là ?

 

PS/ sachez bien que je n'accuse personne, c'est juste une overdose qui ressort parfois face à la stupidité de certaines personnes.

PS2/ Ce billet n'a rien d'une revue beauté, donc le prochain promis, parlera de Kiko et des petites perles que j'ai trouvé dans leur magasin ! Parce que les vendeuses étaient sympa là-bas, elles !

Bises bises
°
°
°