Visiteur du jour, bonjour !

Vive le jeu de mot à deux balles, mais avouez que c'était facile ;)

 

Comme vous l'avez peut-être déjà vu, je suis une folle de savon. On peut dire que je les collectionne. Et comme toute collection chez moi, ça dure un temps, je suis complètement boulimique, et après je me calme.

Aujourd'hui, je vais vous présenter un petit savon dans lequel je fondais de grands espoirs (oui, il m'en faut peu pour être enthousiaste, et puis qui sait, peut-être que les plus grands méchants du monde glisseront un jour sur une savonnette et se casseront la tête, on dira alors merci qui ? Merci mister Bubble ;) ), mais qui m'a déçue.

Je souhaite donc faire son procès. J'appelle à la barre le savon au Moringa The Body Shop.

 

Capture d’écran 2011-12-20 à 08

 

Lorsque j'ai glissé ce-dit savon dans ma commande TBS pour mon anniversaire, je m'étais dit que comme tout produit de la marque, je ne risquais pas grand chose.

Quand j'ai reçu mon colis, une odeur très puissante se dégageait déjà du carton. J'étais curieuse de découvrir ce qui pouvait sentir comme ça (et je me suis même demandé si les amis TBS parfumaient leurs cartons, un peu comme Abercrombie qui parfume ses vêtements).

Quelle surprise de découvrir que c'était cette petite savonnette toute lisse, toute jolie avec sa couleur canari, frappé du sigle de la marque et dégageant une odeur fleurie et vraiment très puissante.

Joie.

Quelques semaines plus tard, alors que ça sentait toujours aussi bon dans ma chambre (il n'y a plus de place autre part pour que je range mes produits...), il était temps de changer la savonnette de ma SDB, alors même s'il y a une sacrée liste d'attente, il s'est révélé être l'élu immédiat.

 

Et c'est là que les soucis ont commencé : après avoir ôté l'emballage, l'odeur s'est immédiatement envolée. Pourquoiiii ? Bowdél, c'était donc le plastique qui été parfumé ou quoi ??

Déjà un peu déçue, je n'allais tout de même pas faire un drame pour si peu, alors je l'ai posé fièrement sur mon porte-savon eco-friendly et j'ai testé.

Etape 1 : ça ne mousse pas beaucoup, mais c'est un peu crémeux, alors ça va.

Etape 2 : Oulala, la savonnette se retrouve sous le meuble de la SDB. Et oui, elle a essayé de se SAUVER (ou elle a tenté un saut périlleux du haut du lavabo, c'est comme vous voulez :) ) !

Etape 3 : On dirait que j'ai des mains de grand-mère (ou de grand-père), alors que je n'ai que 23 ans. Ce savon dessèche ma peau à mort.

 

Capture d’écran 2011-12-20 à 08

 

Pourtant, je croyais que le moringa avait des propriétés nourrissantes ? Je veux bien admettre que l'eau de Paris soit très calcaire (la robinetterie de ma SDB lui dit merci d'ailleurs), mais franchement, si je pouvais, je lui passerais bien un savon, moi, au Moringa. (Jeu de mot pourri n°2). Du coup, au prochain coup, je reviens à mes petits savons de la ferme de Paula (à voir là aussi) qui eux, hydratent, protègent, prennent soin de mes mains, et en plus, parfument pendant des semaines ma salle de bain.

 

*
*
*

Bonne journée :)

*
*
*

67983245_p