Visiteur du jour, bonjour !

 

Cela fait un moment que je ne vous ai pas proposé de retracer l'histoire d'un objet (souvenez-vous des derniers) ! Du coup, je me rattrape avec l'objet qui est, je pense, le plus utile, même s'il ne nous fait pas toujours plaisir, le plus important, bien qu'il soit possible de vivre sans (mais pas trop longtemps !), et celui qui existe, depuis la nuit des temps !

Je veux parler du ... miroir !

 

8baw971f

 

.:* Un peu d'histoire *:.

 

Les premiers objets remontent à plus de 6000 ans avant J-C ! En effet, les peuples de l'époque avaient d'ores et déjà découvert les propriétés réfléchissante de l'obsidienne, un verre volcanique (vitreux) naturel. Poli, il est possible d'y voir apparaître son reflet.

Le premier miroir travaillé en tant qu'objet issu de la manufacture de l'homme était en fait un simple disque de métal poli dans lequel seules les femmes osaient se regarder !

Pourquoi seulement les femmes ?

Pour le savoir, il faut remonter au mythe de Narcisse qui s'est noyé dans son propre reflet à force de trop s'y contempler. Du coup, les hommes (bandes de froussards superstitieux !) craignaient qu'il ne leur arrive la même chose et laissaient donc les dames prendre le risque de se perdre dans la contemplation de leur image.

 

126115

 

Les premiers miroirs n'offraient que de faibles reflets. Étant donc "réservés" aux femmes (qu'on avait pas peur de sacrifier apparemment !), ils étaient décorés de nombreux ornements féminins. Le plus souvent, le manche en bois, en ivoire ou en os représentait un corps de jeune femme dont les bras tendus soutenaient le miroir proprement dit.

En métal comme je vous le disais plus haut, le miroir avait tendance à s'oxyder, il était donc muni d'une petite pierre ponce servant à lui redonner tout son éclat.

C'est au Ier siècle après J-C que le premier miroir en verre apparaît. Tous les pays du monde, de l'Europe actuelle aux confins de la Chine, s'attelent à créer leur propre "recette" pour élaborer un objet suffisamment réfléchissant afin de pouvoir s'y voir.

Sans grand intérêt pour la classe paysanne, le miroir est réservé aux classes bourgeoises et aux personnes riches en général. De ce fait, l'objet est un luxe que seule la hausse du niveau de vie a permis de répandre parmi toutes les classes sociales.

Symbole de l'apparence, de la préoccupation de soi (comment suis-je perçu(e) par les autres ?) et de l'esthétique en général, il envahit peu à peu les chambres à coucher (XIXème siècle), puis les salles de bain dont il devient petit à petit un élément incontournable.

 

Auguste Toulmouche, Vanité

 

 

.:* Plusieurs significations *:.

 

En Egypte, le miroir à la même forme que le soleil, il symbolise donc la vie.

 

710_l

 

En Grèce, l'objet est très personnel et secret : il est entreposé dans un coffret et renferme le mystère de l'apparence.

Au Moyen-Âge, il est un objet maudit et mal vu car on dit que le Diable se cache souvent juste derrière les miroirs, toujours prêt à tenter les âmes faibles. 

A la Renaissance, le miroir retrouve une partie de ses origines car il est de nouveau enfermé dans un joli boîtier (influence mythologique oblige) le plus souvent en cuivre émaillé.

 

.:* Les miroirs à main et de poche *:.

 

 Les premiers miroirs portatifs sont des miroirs de sac, ils sont avant tout des objets décoratifs que les femmes arborent comme un petit plus luxueux très bien vendu par les réclames de l'époque. 

Ensuite viennent les miroirs de poches, plus petits, sans manches, ils étaient en fait des supports publicitaires pour les marques car ils étaient surtout destinés à l'exportation. Ils vantent la plupart du temps les mérites de produits de parfumerie ou de coiffure.

 

1836_1648_miroir-de-poche-minette---derriere-la-porte_102834

 

.:* Alouette, gentille alouette ... *:.

 

Je n'en ai pas vu quand je suis allée visité la très belle ville de Bruges, mais il semblerait que les dames qui résident là-bas aient la fâcheuse habitude de disposer des "espions" (qu'on nomme aussi "alouette"), qui sont en fait des petits miroirs disposés sur le rebord des fenêtres qui renvoient l'image de la rue. Voir sans être vu.

 

.:* Miroir, mon beau miroir, dis-moi qui est la plus belle *:.

 

Les petits miroirs qui ne renvoient qu'une image floue ne satisfont pas les belles qui aiment se mirer des pieds à la tête. C'est au XVIIème siècle que les premiers grands miroirs apparaissent.

L'industrie de Saint-Gobain permet l'expansion et la distribution de ces grands formats.

Mais déjà à l'époque de Louis XIV, sa célèbre galerie des glaces fait fureur et le Roi Soleil prend plaisir et orgueil à la présenter à toute sa Cour comme un symbole de faste et de vanité. 

Les premières psychès (miroirs sur pied) apparaissent à la fin du XVIIIème siècle, mais c'est surtout au XIXème siècle qu'elles connaîtront un vif succès : elles permettent aux Belles de s'admirer une dernière fois de la tête aux pieds avant de faire leur entrée dans le beau monde. 

 

*
*
*

 

Symbole de richesse et de raffinement, les miroirs, en plus d'être l'un des instruments les plus utiles au "beau monde" deviennent un objet ornemental grâce aux cadres très fastueux dont ils sont parfois ornés. De même, l'expression "armoire à glace" employée encore aujourd'hui était bel et bien un objet, un meuble en fait, que l'on trouvait dans la plupart des maisons bourgeoises.

Si je compte bien, j'ai, chez moi, trois miroirs, dont un qui me permet de me voir en pied, un très joli dans ma chambre, un autre dans ma SDB et encore un dans mon sac en cas de besoin. Je suis la digne héritière des vanités réfléchissantes ancestrales ! ;-)

Et vous, quelle est la relation que vous entretenez avec le miroir ? J'avoue que personnellement, je ne manque jamais de jeter un coup d'oeil à mon reflet quand je passe devant l'un d'eux...

J'espère que cet article vous a plu, si c'est le cas, n'hésitez pas à me le dire en commentaire !

 

audrey-hepburn-on-the-set-of-e2809csabrinae2809d-mark-shaw-1953

Audrey Hepburn

*

Sam-Shaw-Marilyn-Monroe-148629 

Marilyn Monroe

*

copie-de-peau_d_ane1-qi21w


Peau d'âne

*
*
*




Source image : Google

Source infos : Google et le livre de Catherine Sauvat "Les Objets de beauté".